Cheesecake SANS cheese et SANS cuisson !

Lorsque l'on a décidé d'inviter la Mamie de Minipouce le weekend dernier ( que celui ou celle qui a manqué d'honorer sa grand-mère se flagelle 10 fois de feuilles d'ortie ), je me suis mise à imaginer que, pour une fois, je ne ferai pas une tarte aux fruits ou un cake au chocolat mais un vrai joli dessert ("de filles" mais qui a en réalité été dévoré par M. mon Mari, véritable gourmand de cheesecake) pour l'occasion. 
Comme souvent lorsque je touche à la pâtisserie, je me mets la pression et crains toujours le loupé de l'année ! Heureusement, ce fut une réussite. Sur tous les plans : saveurs, légèreté et esthétisme. Mamie a fortement apprécié son premier dessert cru et Monsieur a littéralement léché son assiette avant de terminer ma part. 
Pour convaincre les plus réticents, Monsieur-Mon-Mari adore les cheesecakes. Certes. Mais la version originale. C'est-à-dire avec cuisson et surtout l'habituel fromage à la crème (cream cheese). Longtemps qu'il n'en avait pas dévoré et surtout depuis qu'il mange quasi exclusivement végétal lui aussi. De fait, depuis notre départ de Californie ( LE pays du cheesecake, du brownie mais aussi du cookie ... et bien d'autres choses encore ), le peu de fois où il a souhaité se délecter de ce petit plaisir, il s'est vite senti écœuré et terriblement lourd tant la digestion ne se faisait pas. Ben oui ... du lait et de la crème ( d'origine animale ) lorsque l'on n'en consomme plus depuis des temps, ça passe difficilement. Et du coup, le plaisir se transforme vite en cauchemar. Ainsi, lorsque je lui ai dit vouloir faire un cheescake, il était ravi d'imaginer pouvoir de nouveau déguster un de ses desserts favoris en sachant qu'il l'apprécierait à sa juste valeur et sans les inconvénients d'une mauvaise digestion. 
J'avais doublement la pression ! Il devait absolument être réussi ce gâteau. 
Et Mamie devait en prendre plein la vue aussi ! ( c'est que Mamie, elle aime les belles et bonnes choses, elle aussi )
Quid de Minipouce qui, malgré les efforts de Maman, ne mange pas les bananes en cheesecake !

Bref, c'est ainsi donc que je me suis mise en quête de bidouiller 2/3 choses avec les recettes que j'avais sous le coude. J'avais d'abord sélectionné celui de Marie ( de son ouvrage Vegan ). Mais il était cuit. Le risque avec la cuisson, c'est une nouvelle fois de se planter ! Trop cuit. Pas assez. Les couleurs qui changent. Et cela sans compter la partie nutritionnelle de la question. Et oui, qui dit gâteau cru ou sans cuisson ( c'est le cas ici ) dit assurément bénéfices sur la santé car les nutriments contenus dans chacun des produits et ingrédients ne seront altérés par une cuisson. J'ai donc opté pour celui de Bérengère Abraham ( de son livre Pâtisserie vegan, que j'adore ! ) que j'ai quelque peu modifié, d'abord car la dimension du moule n'étant pas indiquée je craignais d'avoir trop de garniture compte tenu de la taille de mon propre moule à charnière, et ensuite car la quantité de noix de cajou me semblait astronomique ( sans compter qu'elles sont onéreuses et assurément caloriques ). Les desserts sans cuisson sont riches. Riches de bonnes graisses ( insaturées ) végétales et sont consommés en petites parts. Pour indication, nous n'avons entamé le gâteau ( 22 cm de diamètre ) qu'à hauteur de son quart à 4 ! Inutile de dire qu'un gâteau au chocolat traditionnel ( mais vegane, hein ! ) ou une tarte aux pommes aurait été sacrifié avant la fin de la journée tant nous sommes tous les 4 gourmands. Néanmoins, ne projetez pas pas une réalisation sans noix de cajou ! Elles permettent l'onctuosité ( quasi inégalable ) et la texture ( après passage de quelques heures au réfrigérateur ) du gâteau. Ainsi, si la recette initiale prévoyait 400g de noix de cajou, j'ai choisi de limiter la quantité à 200g et d'ajouter 100g de tofu lactofermenté ( utilisez du tofu ferme si vous ne trouvez pas de tofu lactofermenté mais pas de version soyeuse car sans cuisson, il risquerait de ne pas se tenir ... à moins de proposer une alternative glacée et passer le gâteau au congélateur -c'est ce que proposait d'ailleurs l'auteure, chose que je n'ai pas faite et ai servi mon cheesecake après un passage d'une nuit au frais seulement- ou utiliser des gommes, xanthane ou guar, mais je n'en raffole pas ).

Je profite de cette recette et de parler de Bérengère Abraham pour vous annoncer également la sortie d'un autre livre Desserts in a jar que m'ont gentiment offert les éditions Larousse et que je trouve terriblement séduisant. Les recettes sont à la fois accessibles et originales et surtout très gourmandes, variées et sans conteste colorées. Les desserts et le livre dans son ensemble sont très réussis. L'esthétisme est de rigueur. La mise en page simple et aérée. Les déroulements sont clairs et très bien expliqués. En bref, il s'agit de 40 dessert, souvent classiques mais revisités ( et permettant des variations à l'infini ),   servis dans des bocaux, construits en hauteur où les couches de mousses, de fruits et de crèmes se succèdent pour le plaisir des yeux et des papilles. Le bémol, le livre n'est pas un livre de recettes végétales. Cependant, 6 le sont complètement, l'autre moitié est tout à fait et facilement adaptable ( miel, gélatine, lait peuvent être simplement remplacés par un sirop d'érable, de l'agar agar et une boisson végétale ) et quant au reste, il l'est aussi dans la mesure où l'on sait remplacer les oeufs, la crème d'origine animale pour faire une chantilly de coco par exemple, etc. En somme, je le trouve si beau que je crois pouvoir le garder dans ma cuisine même sans mention " vegan " dessus ;-) Et c'est bien le seul à ce jour. J'espère avoir éveillé votre curiosité !

Je vous laisse avec ma recette et vous dis à très bientôt mes gourmand[E]s **


La base biscuitée :
  • 130g de pâte de dattes (ou équivalent en dattes séchées )
  • 150g de noix (ici 100g amandes + 50g noix du Brésil)
  • 30g de flocons de riz
  • 25g de noix de coco râpée
  • 1/2 càc de vanille en poudre
  • 1 pincée de sel marin
La crème de cajou :
  • 200g de noix de cajou 
  • 100g de tofu lactofermenté
  • 3 bananes
  • 2 càs rases de crème de coco
  • 80g d'huile (ou margarine) de coco
  • 50g de sucrant au choix (fruits séchés, sirop d'érable, d'agave, sucre de coco)
  • 150g de framboises (surgelées)
  • le jus d'un citron vert + 1/2 de citron jaune
  • 1 càc de vanille en poudre
  • 1 càc de cardamone moulue
  • 1 pincée de sel marin
Le glaçage à la framboise :
  • 200g de framboises (surgelées)
  • 8cl d'eau + le jus de la 1/2 du citron jaune
  • 2g d'agar agar
  • 2 dattes Medjool ou figues séchées 
Le pas à pas :

  1. Faire tremper les noix de cajou la veille puis les rincer et les égoutter soigneusement le lendemain.
  2. Préparer la base biscuitée en mixant l'ensemble des ingrédients de façon relativement grossière. Vous ne devez pas obtenir une poudre mais des petits " biscuits " émiettés. Faire tremper 1/4 d'heure les amandes + la pâte de dattes dans un peu d'eau tiède si votre blender n'est pas assez puissant.
  3. Chemiser un moule à charnière de 22 cm puis étaler la croute du dos d'une grande cuillère en bois. Tasser uniformément. J'ai choisi de faire un rebord à mon gâteau. Ce n'était pas le cas de la recette de base ( c'est pourquoi je me dis que le moule était d'au moins 25 ou 26 cm de diamètre ). Réserver au réfrigérateur 30 minutes minimum.
  4. Placer tous les ingrédients de la crème de cajou dans le blender, sauf les framboises. Si, comme moi, vous utilisez des fruits séchés (abricots, dattes, figues, pruneaux, mangues par ex) en guise d'édulcorant, faites les tremper quelques minutes dans un peu d'eau tiède pour faciliter le travail. Vous devez obtenir une crème dense, compacte mais homogène et lisse.
  5. Verser la moitié de la préparation sur la base biscuitée et placer les framboises en double cercle avant de les recouvrir du reste de l'appareil.
  6. Réserver une nouvelle fois au frais, 3 bonnes heures au réfrigérateur, 1 bonne heure au congélateur si vous êtes pressés ou souhaitez servir une version glacée.
  7. Réaliser le glaçage en mixant les framboises (décongelées au préalable si vous possédez un mixeur à faible puissance) et les figues séchées ( ou un sucrant liquide au choix ) avec l'eau puis passer au chinois pour ôter les grains. Verser dans une casserole avec l'agar agar et porter à ébullition durant 2 minutes.
  8. Verser le coulis au centre du cheesecake. Il se répandra uniformément, naturellement. Placer le gâteau au frais 2h minimum.
  9. Servir avec quelques fruits frais de saison ( rondelles de banane, tranches de kiwi en hiver ou framboises, fraises en été ) et/ou surgelés ( comme ici framboises et grenade ) au centre, quelques zestes de citron vert, de la noix de coco râpée, par exemple.
J'ai choisi un fruit qui n'était pas de saison, la framboise. Libre à moi de le consommer surgelé. Pour autant, remplacer le par de la poire si vous souhaitez consommer un fruit frais. L'alliance poire/dattes est tout à fait délicieuse. Pensez également à modifier les épices si vous n'appréciez pas la cardamome > cannelle, tonka, fleur d'oranger, rose, etc.
Notez enfin que le cheesecake se congèle très bien. Vous le conserverez également plusieurs jours au réfrigérateur, correctement emballé, sous cloche dans l'idéal.

** Bonne dégustation **


Pour une autre recette de " no cheesecake " mais cette fois cacaotée > CLIC




12 commentaires:

  1. Il est vraiment magnifique <3
    Ce que j'aime bien dans ta recette, c'est que ce n'est pas exlusivement aux noix de cajou (je trouve les cheesecakes "pur cajou" trop lourds et ecoeurants): par contre l'ajout de banane toujours le bienvenu chez moi (yum). Je garde donc ta recette sous la main, en attendant de trouver des mûres surgelées (double yum). Bises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je décris dans mon article en effet. La pâtisserie crue est trop encourante pour moi > trop de noix, trop d'huile de coco, de crème, etc. J'ai voulu faire plaisir (je n'ai mangé que la 1/2 d'une part !) et mon challenge a été amplement relevé donc je partage ma version "allégée" qui m'a terriblement séduite au demeurant.
      PS : Ah !! Les mûres ... Vivement la saison ;-) Je me suis largement satisfaite de ces délicieuses framboises surgelées : petit plaisir de fin d'hiver !

      Supprimer
  2. Il a du faire de l'effet ton faux cheesecake !

    RépondreSupprimer
  3. Cela fait tellement longtemps que je n'en ai pas fait ! Hmm vanille, coco, framboise, ça fait envie ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh !! Contente de te lire ici Coralie ;-) Tu manques à mon paysage " bloguesque " ^^
      J'espère que tu vas bien. Merci pour ton petit mot. A bientôt.

      Supprimer
  4. Coucou! Il a l'air délicieux ton nocheesecake. Par contre, même si tu parles d’onctuosité, la texture de l'appareil a l'air assez "prise", gélifiée sur la photo, alors que j'adore quand c'est crémeux. Peux tu me préciser quelle texture tu obtiens en bouche une fois le gâteau pris ? Bisettes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Anna,
      Il n'a pas l'aspect gélatineux d'un bavarois. Il est moelleux et crémeux en bouche > le couteau est sale à la découpe, si tu veux que je sois très précise ;-) Si tu le veux encore plus onctueux, utilise 300g de cajou, un peu moins d'huile de coco et une cuillère de crème de coco mais perso, je n'apprécie plus quand l'ensemble est trop "gras" ( en texture et en bouche ).
      Voilou !
      Merci de ton passage.
      PS : ouiiii, il est délicieux ;-)

      Supprimer
  5. bonjour !
    moi je me pose la question du moule ????
    je n'ai qu'1 moule en silicone ??? c'est quand même possible? merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour !
      L'idéal pour la réalisation d'un cheesecake est réellement un moule à charnière ... d'autant plus que je te propose ici une version crue, qui doit passer au réfrigérateur. Tu en trouveras pour quelques euros et tu n'auras pas de mauvaise surprise car pas de démoulage !
      A bientôt.

      Supprimer
  6. Oh là là ! Il a l'air divin ton cheesecake !!! Tes photos sont toujours aussi belles ! Merci pour cette jolie recette, il faudra que je l'essaie un jour quand je trouverai du tofu lacto-fermenté facilement (mon magasin bio n'en vend pas encore). Bisous <3 xxx

    RépondreSupprimer
  7. merci beaucoup pour le moule ;)
    comment partager cette recette à des amies ???
    bonne nuit

    RépondreSupprimer
  8. Je ne suis pas trop fan de ce genre de gâteaux à la base, mais je dois t'avouer Laurence que tes photos sont très belles et donnent envie d'y goûter :) C'est une bonne idée le tofu lactoferm. pour couper la dose de noix de cajou
    Pleins de bisous !

    RépondreSupprimer